Les quatre quarts d’une Musique différente

Pendant la seconde semaine de mars, beaucoup de gens vinrent, de près et de loin, pour faire l’expérience du merveilleux Festival de musique de Jérusalem.  Applaudissant, tapant des pieds, se balançant, chacun se délectait des «harmonies du Festival de Musique de la Vieille Ville».  Des musiciens de talent représentant les 4 quartiers de la Vieille Ville emplirent de leur musique les rues étroites, permettant de goûter les caractères culturels uniques des traditions musicales arméniennes, juives, musulmanes et  chrétiennes.  Toute peur ou appréhension que nous pouvions ressentir en nous promenant dans les ruelles de la Vieille Ville, accompagnant le doux soir, s’était évaporé. L’étranger que nous avions croisé la semaine passée devenait un ami avec qui nous engagions la conversation et à qui nous montrions notre admiration après chacune de ses performances.  Etre là était magique.  On pouvait sentir  que cette musique apportait une différence dans la façon, dont, plus tard, nous pourrions voir notre voisin. Ici, dans le mélange de la Vieille Ville, vous vous teniez avec l’autre, l’autre qui est différent  et un étranger, tandis qu’au même moment vous saviez que ce loisir musical nous unissait tous.  Grâce à cette musique, nous pouvions entrevoir ce qui est possible quand les différences peuvent être dépassées et quand nous osons apprécier le talent de notre voisin.  Les organisateurs et les excellents artistes des 4 quartiers de la Vieille Ville nous ont donné une chance de goûter la paix et nous en avons été ravis.

Sr Bernadette Lynch,  nds.