Shavuot/Pentecôte

” Quand la faucille aura commencé à couper les épis, alors tu commenceras à compter sept semaines. Puis tu célébreras la fête des semaines “(en hébreu: Hag ha-Shavuot cf Dt 16, 9)
Sept semaines (et même cinquante jours cf Lév 23,16) après la moisson d’orge de Pesah, la fête de Shavuot célébre la fête de la moisson de blé (en hébreu: Hag ha-Qatzir, cf Ex 23,16))

C’est sur ces deux fêtes agricoles que furent greffées ultérieurement, pour la fête de Pesah, la Sortie d’Egypte, et pour Shavuot le don de la Tora.
D’une moisson à l’autre, du printemps à l’été, temps de maturation, passage d’une libération extérieure et physique à une libération spirituelle.

SinaiEn effet, la tradition juive voit dans le don de la Tora  le but de la sortie d’Egypte: “Laisse partir mon peuple pour qu’il me serve”, répète inlassablement Moïse  Pharaon  de la part du Seigneur (cf Ex  4,22;5,1;7,16,28;8,16;9,1,13;10,3). Le service en question n’est autre que l’accueil de la Tora et la pratique des commandements (Rashi sur Ex  3,12).

De cette sorte Pesah ne peut se passer de Shavuot, ni Shavuot de Pesah. C’est pourquoi obéissant au commandement  de l’Ecriture on compte les jours d’une fête à l’autre: c’est “le compte de l’Omer” (“Omer” est le nom de la gerbe, d’orge à Pesah, de blé à Shavuot).

Par ailleurs l’un des noms de Shavuot, d’après la Mishna, est “Atzeret” (Rosh HaShana 1,2 ) , ce qui peut se traduire “conclusion” (de Pesah) (Flavius Josèphe Antiquités juives III,252).

Ce n’est que bien après la destruction du Deuxième Temple qu’officiellement la fête agricole de Shavuot est devenue la fête du don de la Tora.
Cependant l’Ecriture ne manque pas d’allusions laissant supposer que déjà  au temps du deuxième Temple  la fête de Shavuot était privilégiée pour renouveler l’Alliance du Sinaï. .( cf 2 Chr 14,10-15)
Tout d’abord, d’après Ex 19,1, la Théophanie du Sinaï eut lieu trois mois après la Sortie d’Egypte, donc à l’époque de Shavuot.

D’autre part les écrits de Qumran attestent que la cérémonie la plus importante de la secte, celle qui marquait l’entrée dan l’Alliance, avait lieu ce jour-là (I QS I, 16-3,12). Et d’après le Livre des Jubilés, à Shavuot  on rappelait l’Alliance avec Noé e t l’Alliance avec Abraham (Livre des Jubilés (2ème siècle avant notre ère), VI,15-22).
Enfin le récit du don de l’Esprit, au jour de Shavuot (“Pentecostes”, dans le grec du NT, est l’équivalent de l’hébreu “Shavuot”, dans la Septante. Ce mot évoque les 50 jours qui séparent Pesah de Shavuot) , s’inspire évidemment de la Théophanie du Sinaï, selon Ex19-20 et ses commentaires rabbiniques.

En effet ces commentaires racontent que la Parole de Dieu au Sinaï sortait de sa bouche  de Dieu comme du feu et se divisait en 70 langues, étant destinée à toutes les nations du monde et chacun la comprenait selon sa capacite (Mekhilta de Rabi Ishmaël sur Ex 20,18; Exode Rabba).

Comment se célèbre Shavuot auourd’hui?

Il est bon de rappeler qu’au temps du Temple, cette fête, la deuxième des fêtes de pèlerinage, était essentiellement une célébration agricole On apportait au Temple les gerbes de la moisson de blé et du pain, (cf Lév 23  ,15-17) et les prémices des produits de la saison (Un autre nom de Shavuot est “Yom Ha bikurim”, jour des prémices, cf Nb 26,28); (cf Dt 26,1-11 ; Mishna Bikutim ch 3.)
Cette coutume fut abandonnée après la destruction du Deuxième Temple. Cependant dans les kibbutz non religieux on continue à faire de Shavuot une belle fête de la nature.
La liturgie du jour comprend la lecture de la Tora dans Ex 19 et 20 et la lecture prophétique d’Ezéquiel 1,-3,12

Pourquoi lire en ce jour les visions étranges d’Ezéquiel? On dit qu’au jour du don de  la Tora, les enfants d’Israël avaient atteint un degré mystique digne de ces visions…On avance même que la mort ne devait plus dominer sur eux..Malheureusement ce don fut suivi par le péché du veau d’or (Ex 32).

The Story of RuthThomas Matthews RookeLe livre de Ruth fait aussi partie des lectures traditionnelles.
Le récit se situe entre la moisson d’orge de Pesah et la moisson de blé de Shavuot (Ruth1,22;2,23). Ruth est le symbole des païens qui ont adopté le Peuple d’Israël comme leur peuple, le Dieu d’Israël comme leur Dieu, et sont donc entrés dans l’Alliance en accueillant le don de la Tora. Ruth ne connaissait pas la Tora mais instinctivement elle en vivait l’essentiel qui est l’amour filial et la bonté.
Elle est l’ancêtre de David ( Ruth 4,18-22), lequel serait né et mort à Shavuot.
La nuit qui précède Shavuot, on a l’habitude de se réunir dans les maisons ou les synagogues et, à Jérusalem au Qotel, pour faire le “Tiqun” (“Tiqun” signifie “réparation”, voir rédemption. Dans le cadre de Shavuot, cette nuit-là on “réparerait” le sommeil des enfants d’Israêl qui se seraient endormis lors du don de la Tora. Dans un sens plus général l’Etude de la Tora a le pouvori de rédimer le monde).

Une manière de le faire consiste à utiliser la méthode du “collier”. On prend des versets qui sont comme des perles, dans les trois grandes parties ds Ecritures (Tora, Prophètes, Ecrits) et on les enfile à la manière d’un collier à l’aide d’un thème qui fait l’unité.
Ainsi est manifesté l’Unité des Ecritures, leur unanimité à proclamer telle ou telle vérité affirmée dans la totalité des Ecriture. C’est la méthode utilisée  par Jésus avec les disciples d’Emmaüs.. Jésus leur  enseigne ainsi que l’on ne peut entrer dans la gloire sans passer par la souffrance.(Luc 24,27 et 44-47)

PentecoteQuand nous nous renouvellerons comme chrétiens dans le don de l’Esprit, le jour de la Pentecôte, nous pourrons nous sentir proches de nos frères et sœurs du Peuple Juif et constater que ce n’est pas par hasard si l’Esprit, fruit du Mystère Pascal de Jésus, a été répandu sur toute chair, à partir du petit groupe des disciples réunis au Mont Sion (La tradition du  Cénacle au Mont Sion date du ’4ème-5ème siècle de notre ère) avec Marie.

Souvenons-nous: de Sion sortira la Tora et de Jérusalem la Parole du Seigneur (Is 4, 2-6). De la montagne du Sinaï à la montagne de Sion on passe de l’Alliance particulière avec Israël à l’ouverture au Nations. Deux montagnes qui ne s’excluent pas mais qui s’appuient l’une sur l’autre, dialoguent l’une avec l’autre pour manifester l’unité du dessein de Dieu qui embrasse Israël et les Nations.

Sr Anne-Catherine Avril, NDS

Shavuot-Pentecôte 2012