Ma vie de sœur de Sion à Aubagne

NDS à Aubagne

Sr GenevieveJ’ai essayé de choisir parmi les nombreuses activités proposées celles qui me permettaient le mieux de témoigner du charisme de la Congrégation.

C’est pourquoi, j’ai donné la priorité au dialogue inter religieux.

Depuis plusieurs années, un groupe se réunissait chaque mois pour, d’une part, mieux se connaître, d’autre part, faire des choses ensemble.

Grâce à un ami juif de notre sœur Gaby, j’ai été facilement admise, et depuis 3 ans, je participe en tant que religieuse catholique pour qui l’Ecriture Sainte et les relations avec juives, musulmanes et marginales sont essentielles.

Cela m’a même valu un article dans le journal local, intitulé «du côté des sans toit». Mais surtout, je suis  connue comme sœur de Sion. J’y tenais

Un autre volet de mes engagements m’a conduite à l’aumônerie en hôpital. Là aussi, j’ai eu de nombreux contacts avec des malades juifs et arabes, avec des chrétiens et des non croyants.

Rencontres  parfois ingrates, mais le plus souvent gratifiantes, car on reçoit toujours plus qu’on ne donne

A la Timone, à Marseille, l’aumônerie est inter religieux; il y a un Jésuite, un rabbin, un imam, auxquels, nous, les bénévoles, pouvons faire appel quand un malade en éprouve le désir.

J’ai participé, jusqu’à cette année, à une «boutique solidaire» du Secours Catholique où je rencontrais aussi beaucoup de Maghrébins. Mais j’ai abandonné pour répondre à de nouveaux appels:

Des personnes se sentant mal à l’aise dans nos paroisses, avaient tendance à abandonner toute pratique religieuse.

Sr GenevieveAvec un prêtre de Gémenos plus ouvert, nous avons commencé des liturgies domestiques: partage de la Parole, célébration de l’Eucharistie et petit repas pris en commun pour clôturer la soirée.

Et en janvier, je vais retrouver un petit groupe de Marseille qui m’a demandé de les aider à creuser la Parole de Dieu. Je ne connais pas encore ces personnes !

J‘ai pensé devoir donner la priorité à ce type de rencontres.

Faut-il parler de mes visites à Gémenos (fréquentes), à Lorgues (de temps en temps), de mes relations (quotidiennes ) avec les Petites Soeurs de Jésus d’Aubagne, et épisodiques, mais appréciées avec M.Claire Brézét ? …

Sans compter mes voisins d’immeuble et mes nombreux amis

Cela occupe bien mes journées!

Sr Genevie Vatin – Pérignon NDS